Un récent article du journal 24h met en lumière une problématique de taille pour la Société de Transport de Montréal : que faire de nos vieilles voitures de métro qui seront progressivement remplacées dans nos souterrains dès l’an prochain?

Les vendre? C’est ce que tente de faire actuellement la STM… sans trop de succès apparemment. Les coûts pour déplacer une rame (trois wagons) d’une ville à l’autre sont faramineux, ce qui décourage de potentiels acheteurs.

S’en débarrasser en monnayant la ferraille au plus offrant? Peut-être. Mais est-ce réellement la meilleure solution?

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, j’ai un certain attachement pour ces vieilles voitures bleu poudre. Après tout, elles représentent beaucoup plus pour notre ville qu’un simple moyen de transport. C’est un symbole qui nous rappelle collectivement l’entrée de Montréal dans l’ère de la modernité, tout comme le Stade Olympique, les pavillons d’Expo ’67 et la Place Ville-Marie. Il s’agit d’un chantier majeur du maire Jean Drapeau qui a façonné l’image de la ville et qui a indéniablement contribué à notre rayonnement international.

Et entre vous et moi, que serait Montréal sans son métro aujourd’hui?

J’ai donc lancé un appel sur les médias sociaux en début de journée pour vous demander votre avis sur le sujet. Voici quelques unes de vos réponses :

.

Capture d’écran 2013-11-13 à 16.05.55

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.52.23

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.48.47

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.49.20

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.49.20 copie

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.51.35

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.48.15

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.52.34

Capture d’écran 2013-11-14 à 10.36.16.

J’ai également fait quelques recherches sur le web pour tenter de dénicher des solutions à l’échelle internationale…

À Londres, d’anciennes voitures de métro ont été converties en studios pour des artistes locaux.

subway-2

. village-underground-carriage

 .

Ou encore, en petit restaurant dans le quartier de Deptford:

.

cafe-from-street

deptford-window

.

À Portland, on a décidé d’en faire du micro-logement:

.

Portland

 .

En Chine, des voitures de métro ont été utilisées en période de crise dans une région dévastée par un tremblement de terre:

.

Chine

.

Des solutions intéressantes, certes, mais un problème persiste: les voitures de Montréal ont été conçues à l’époque pour être utilisées uniquement en tunnel, à l’abri des intempéries. Leur composition ferait en sorte qu’elles se dégraderaient très rapidement dans un environnement extérieur.

Bref, un dossier à suivre puisque que la STM a récemment mis sur pied un comité chargé de leur trouver une seconde vie.

.

51e44ce88be8a
Source: murmitoyen.com

.

Oui, oui. Je sais.

J’ai déjà abordé à plusieurs reprises sur ce blogue, ou encore dans mes chroniques du Journal Métro, la question de la réappropriation des berges de Montréal.

Je l’ai souvent fait en dénonçant le manque de volonté de nos élus qui, campagne électorale après campagne électorale, nous promettent de créer de nouvelles vitrines maritimes alors que pratiquement rien n’a été fait en ce sens ces dernières années.

Mais cette fois-ci, j’ai enfin espoir que le dossier avance réellement. Pourquoi?

Tout abord, il faut se rappeler que l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles a récemment lancé un concours d’architecture de paysage pour aménager une plage dans l’Est de l’île de Montréal. Les participants avaient jusqu’au 17 octobre dernier pour soumettre leurs propositions à la Ville.

Ce serait totalement absurde (et surtout une dépense ridicule de plusieurs milliers de dollars) si cette initiative n’allait pas de l’avant au-delà du 3 novembre prochain. Il s’agit donc d’un premier pas concret dans la bonne direction.

Autre élément qui me donne espoir : la pression citoyenne. Je ne me rappelle pas d’une récente campagne électorale durant laquelle nous avons autant discuté de design urbain. De la reconstruction de la rue Jean-Talon jusqu’à la densification du centre-ville, nos candidats à la mairie ont réservé beaucoup de place à la question du design urbain dans leurs annonces des dernières semaines. Ceci tend donc à prouver la chose suivante: c’est de plus en plus payant politiquement d’aborder cette question. Sinon, on se serait tout simplement concentré sur d’autres sujets.

La pression citoyenne joue ainsi un rôle de premier plan, et nos politiciens ne peuvent plus se contenter de phrases creuses comme «  on va redonner les berges aux citoyens ». Avec le Web, les Montréalais sont exposés à la conception de quartiers durables en Suède, aux bains publics de Copenhague, ou encore, à des initiatives d’envergure comme le High Line de New York… ce qui élève en bout de ligne leurs standards de qualité pour la métropole. Et c’est tant mieux.

.

BAD-proj-13
Copenhagen Harbour Baths

.

Sans oublier que les médias québécois abordent de plus en plus la question de l’architecture et du design urbain au quotidien. Pensons simplement au Devoir qui a lancé plus tôt cette année son blogue urbain ou aux récents reportages de Radio-Canada sur le sujet.

Suis-je trop naïf ? Ira-t-on enfin de l’avant avec des projets structurants autour de l’île de Montréal ? Disons simplement que j’ai envie cette fois-ci de croire aux promesses de nos quatre principaux candidats à la mairie, qui se sont tous engagés à mettre en valeur nos berges:

Denis Coderre : Bâtir nos fenêtres sur le fleuve

Richard Bergeron : Sept raisons de voter Projet Montréal

Marcel Côté : Les Montréalais auront accès au fleuve et à ses berges

Mélanie Joly : Verdir Montréal

Pendant ce temps, sur les berges de Chicago et de Stockholm…

Pour inspirer notre futur maire, voici deux exemples de projets qui ont récemment vu le jour à Chicago et à Stockholm.

Chicago River Boathouses:

.

Hornsbergs Strandpark, Stockholm :

GreenAlleyways-Overlay-Apron-06

.

Il n’y a pas qu’à Montréal où l’on tente de verdir et de sécuriser nos ruelles. Plusieurs grandes villes nord-américaines mettent en place des programmes de subvention pour permettre aux citoyens de se réapproprier ces espaces publics souvent négligés et envahis la voiture.

Los Angeles est un bon exemple avec ses ruelles qui possèdent de très mauvaises réputations. Sales, dangereuses, réservées à des activités illicites… Même de jour, certains citoyens n’osent pas s’y aventurer, et encore moins inciter leurs enfants à y jouer.

C’est pourquoi Parks for People – Los Angeles, une organisation ayant pour mandat de verdir la ville et d’améliorer ses parcs, lance un projet-pilote au sud de la métropole pour revitaliser 10 ruelles pratiquement abandonnées.

.

Green Alleys.

L’opération, baptisée Avalon Green Alley Network Demonstration, consiste à verdir ces petites allées à l’aide de vignes et d’arbres fruitiers, en plus de remplacer l’asphalte par des matériaux « absorbants » pour réduire le ruissellement des eaux de pluie. L’eau collectée sera alors automatiquement redirigée vers les nouveaux végétaux pour minimiser leur entretient par le voisinage.

Des œuvres d’art public et des affiches éducatives portant sur le développement durable y seront également installées. On réfléchit même à la possibilité d’inclure des stations de mise en forme (gyms extérieurs) pour combattre l’obésité.

Sans oublier que la production des arbres fruitiers sera directement redistribuée aux citoyens du secteur.

..

Pour plus de détails sur les programmes de ruelles vertes de Los Angeles : Green Alley Programs

 

Pour en savoir plus sur les ruelles vertes de Montréal:

.

Montréal - Quartier des spectacles
Park(ing) Day – Montréal – Quartier des spectacles

.

C’est le 20 septembre dernier que se tenait le Park(ing) Day, un mouvement mondial ludique ayant pour but d’engendrer une réflexion sur l’espace démesuré qu’occupe le stationnement dans nos villes contemporaines.

Célébré dans plus de 165 villes sur la planète, l’événement mobilise annuellement des artistes, des citoyens, des élus et des entreprises qui transforment pour l’occasion des cases de stationnement en lieux publics conviviaux.

Il s’agit d’une trop rare occasion que s’offrent les citoyens de grands centres urbains de se réapproprier leur propre ville pendant quelques heures.

**********

Grâce à Twitter, Instagram et Facebook, j’ai recensé quelques installations éphémères de partout sur la planète, créées spécialement pour l’édition 2013 du Park(ing) Day.

Voici tout d’abord celles de Montréal :

.

Montreal - Sud Ouest - café citoyen
Park(ing) Day – Sud-Ouest – Café Citoyen
MTL - Épluche ta ville plutôt qu'une auto - Équiterre
Park(ing) Day – Quartier des spectacles – Équiterre « Épluche ta ville plutôt qu’une auto »
Montréal - Arrond Saint-Laurent + Saint-Laurent et l’Éco-quartier
Park(ing) Day – Arrondissement Saint-Laurent + Éco-quartier Saint-Laurent
INRS UCS - Montréal
Park(ing) Day – Étudiants du Centre Urbanisation Culture Société (INRS)
étudiants de l'UQAM - Montréal
Park(ing) Day – Étudiants de l’UQAM
Centre d'Écologie Urbaine nous propose des poules, au coin Parc et St-Urbain
Park(ing) Day – Le Centre d’Écologie Urbaine et ses poules, coin Parc et St-Urbain
Campillo_ParkingDay_01
Park(ing) Day – « Un crime parfait  » – Erika De la Barra et Francisco Campillo – Coin St-Laurent et des Pins
IMG_5491
Park(ing) Day – « Le pont Saint-Laurent (Le pont à souhaits) » – Jorge Garcia

.

Installation à Rouyn dans le nord du Québec :

.

Citoyens et OSBL - Rouyn

.

Installation dans les rues de Québec :

.

ABCP
Park(ing) Day – Québec – La trappe à souris géante – ABCP architecture

.

Et finalement, voici un bref tour du monde via le Park(ing) Day:

 

Dallas
Park(ing) Day – Dallas
San Francisco2
Park(ing) Day – San Francisco
San Francisco
Park(ing) Day – San Francisco
Puerto Rico
Park(ing) Day – Puerto Rico
Washington
Park(ing) Day – Washington
Portland, Oregon
Park(ing) Day – Portland, Oregon
Poland2
Park(ing) Day – Pologne
Philadelphia - Golf
Park(ing) Day – Philadelphie
Paris - The Popcase
Park(ing) Day – Paris – The Popcase
Oslo Norvège
Park(ing) Day – Oslo
L'engloutie. - Dijon
Park(ing) Day – Dijon
Italie
Park(ing) Day – Italie
Hula hoops -Rosario, Argentina
Park(ing) Day – Rosario (Argentine)

Graphisme-poster-01
.
Dans la lignée des initiatives visant à révéler le potentiel de sites emblématiques montréalais, l’Association du design urbain du Québec (ADUQ) organise l’évènement Village Éphémère.
.
Le concept ? Transformer le site du Bassin Peel en lieu convivial le temps d’une soirée pour démontrer [et revendiquer] une meilleure programmation des espaces donnant accès à l’eau. Au menu : bouffe de rue et créations artistiques.
.
Mais que manque-t-il à ce lieu pour le mettre en valeur tout au long de l’année? De quel autre canal dans le monde pourrait-on s’inspirer?
 
Entrevue avec Jérome Glad, membre de l’équipe ADUQ et chargé de projet pour le Village Éphémère (réalisée sur les ondes de CIBL):
.
À lire également | Fantasmes au Canal de Lachine
.

.tricot

 

Combinant l’art du tricot, la récupération et le design urbain, Tricotons la rue est une superbe initiative communautaire qui prendra officiellement forme ce jeudi, 18h, dans le Sud-Ouest de Montréal.

Grâce à des séances de tricotage organisées en plein air, au marché Atwater et dans une douzaine d’organismes communautaires, 300 citoyens de tout âge ont pu participer à la création d’une cinquantaine d’oeuvres artistiques éphémères, qui recouvriront les bancs du parc Garneau.

Plus de 300 vieux draps ont été découpés et réutilisés pour la conception de ces œuvres collectives.

.

Tricot2

.

Voici donc une courte vidéo, réalisée par le documentariste Benoit Desjardins, portant sur le processus de création de Tricotons la rue

Moulins

.

Misant de plus en plus sur la culture comme moteur de développement économique, les quartiers Sainte-Marie et Saint-Jacques lancent un appel de projets aux artistes de la rue Parthenais pour la 1ère édition des Moulins d’art.

Inspirées des moulins à prières tibétains, ces installations artistiques se composent de 6 rouleaux verticaux, sur lesquels sont imprimées des photographies ou des œuvres d’art. Le thème : l’effervescence créative de la rue Parthenais.

Au total, 3 séries de moulins verront le jour dans ce secteur du centre-ville en septembre prochain. Les propositions peuvent être soumises par un artiste seul ou par un collectif avant le 10 août 2013. À noter que tous les domaines artistiques sont admissibles.

Pour plus de détails, cliquez ici.

BAD-proj-121.

L’éditorialiste du quotidien La Presse, François Cardinal, nous rappelait récemment dans son texte À l’eau qu’il est malheureusement toujours impossible de se baigner en eau libre au coeur de Montréal, et ce, malgré des milliards dépensés pour assainir le fleuve.

« À chaque élection, les candidats répètent à quel point il faut «redonner le fleuve» aux citoyens, mais une fois au pouvoir, ils se contentent de rappeler l’existence des plages du Cap-Saint-Jacques et du Bois de L’Île-Bizard. On est loin d’un accès central pour le plus grand nombre! »

Pourtant, tel qu’évoqué dans cet article, la problématique pourrait se régler rapidement (du moins partiellement) avec un concept comme les Copenhagen Harbour Baths. Une idée que je seconde également.

Connaissant un franc succès depuis 2002 dans la capitale danoise, ce concept de piscine publique à même le fleuve s’adapterait facilement à nos réalités montréalaises et offrirait un accès sécuritaire à l’eau dans le secteur du Vieux-Port. Une telle initiative serait relativement rapide à mettre en place et ne coûterait pas les yeux de la tête pour les contribuables.

.

Voici donc quelques images des Copenhagen Harbour Baths:

.

À lire également | À quand un lifting pour le Vieux-Port?

 

Quand aura-t-on droit à une revitalisation du boardwalk du Vieux-Port de Montréal pour l’élever à son plein potentiel?

C’est la question que je posais cette semaine dans ma chronique du Journal Métro, alors que Toronto et Chicago redéveloppent actuellement leur vitrine maritime (ou en anglais, leur waterfront).

Chaque fois que je suis de passage dans le Vieux-Port, je ne peux m’empêcher de critiquer son design urbain qui, à mon humble avis, manque cruellement de convivialité et de créativité pour une Ville UNESCO de design.

Rares sont les fois que je m’y suis baladé simplement pour la vue imprenable du site sur le fleuve. Je m’y rends malheureusement que pour sa programmation: Centre des Sciences, Cirque du Soleil, foires… Même chose pour les connaissances de mon entourage que j’ai questionnées à ce sujet. N’y a-t-il donc pas quelque chose qui cloche ici?

Je ne comprends toujours pas que le boardwalk qui longe le fleuve ne soit qu’une large voie asphaltée conçue pour les voitures, plutôt qu’une accueillante promenade piétonnière bordant un aménagement paysager décent.

Je ne m’explique toujours pas non plus pourquoi on laisse de côté de larges terrains gazonnés, pratiquement désertés à longueur d’année. Si seulement on leur donnait une véritable fonction, les visiteurs auraient peut-être enfin une bonne raison de les investir.

Considérant que l’accès aux berges restent plutôt limité sur l’ensemble de l’île, particulièrement au sud avec le Port de Montréal, le Technoparc et l’autoroute Bonaventure, peut-on réellement se permettre de ne pas rentabiliser un tel site à son plein potentiel?

Tout comme Toronto et Chicago, le Vieux-Port de Montréal ne pourrait que bénéficier d’un plan de revitalisation du site pour stimuler davantage l’achalandage du secteur. Avec une stratégie de redéveloppement économique bien ficelée, la dépense de fonds publics que représenterait ce lifting urbain se transformerait indéniablement en investissement à long terme pour la communauté montréalaise.

Voici quelques images de la revitalisation du Queens Quay de Toronto:

 

 

Également, voici quelques images de la revitalisation (et du prolongement) de la Riverwalk de Chicago:

TTbeautyshot_dan_16x9_130524_as-web

.

Après l’illumination des spectacles de Madonna et de la Sagrada Família à Barcelone, Moment Factory s’attaque maintenant à l’aéroport de Los Angeles. L’entreprise montréalaise a reçu l’ambitieux mandat de créer l’environnement multimédia le plus évolué de tous les aéroports d’Amérique du Nord.

Au total, 7 installations emblématiques animeront en permanence le nouveau terminal de l’aéroport avec 4 heures de contenu vidéo original. Moment Factory dit « avoir mis l’accent sur l’expérience des voyageurs ainsi que l’iconographie de Los Angeles et des destinations desservies par le nouveau terminal ».

Plusieurs capsules interactives ont également été conçues pour réagir directement aux mouvements des passagers et aux renseignements aéroportuaires en temps réel.

 

Voici le making-of de leur travail au LAX airport:

Le chef de Projet Montréal et aspirant maire, Richard Bergeron, a dévoilé ce matin un ambitieux plan de redéveloppement immobilier dans le Sud-Ouest: le Quartier Bonaventure.

Situé en bordure du Bassin Peel, ce futur secteur résidentiel permettrait d’accueillir 7 000 ménages en ressuscitant le Goose Village (Village-aux-Oies), rasé de la trame montréalaise dans les années ’60 avec la construction de l’autoroute Bonaventure. Ironiquement, la proposition ci-présente suggère avant tout le démantèlement de cette autoroute (qui pourrait avoir complétement disparu du portrait à l’été 2016) pour reconstruire un quartier avec des boulevards urbains.

.

Google Map

.

Le but premier du projet: retenir les familles dans la métropole. Des familles qui ont tendance à migrer vers la banlieue ces dernières années ne dénichant pas sur l’île des propositions abordables et adaptées à leur mode de vie. Projet Montréal propose donc la construction de plex en rangée sur trois étages, similaires à ceux que l’on retrouve dans les quartiers populaires du Plateau Mont-Royal ou du Vieux-Rosemont. Ces plex constitueraient le cœur du futur quartier, ceinturé par des bâtiments de 8 étages et de 3 tours à condos près du Bassin Peel.

Important de mentionner que la politique d’inclusion de la Ville de Montréal serait réévaluée à la hausse, exigeant que 20% de logements sociaux et 20% de logements abordables soient bâtis sur le site.

Quant aux services de proximité, le concept prévoit l’aménagement d’espaces commerciaux au rez-de-chaussée des immeubles d’habitation longeant les grands boulevards urbains. Une école pourrait également y voir le jour.

La facture? 300M$ en fonds publics pour l’aménagement du site et l’apparition d’un tramway reliant ce quartier Bonaventure au cœur de la ville, ainsi que 2,5G$ en investissements privés pour la majeure partie du développement immobilier.

Projet Montréal estime que leur idée pourrait aider à renflouer les coffres municipaux d’environ 19M$ annuellement en revenus fonciers.

Les questions maintenant

– La plupart des terrains du défunt Goose Village appartiennent actuellement à la Société immobilière du Canada (SIC) qui, selon Projet Montréal, a démontré un « intérêt » face à la proposition. Par contre, aucune lettre d’appui de la SIC pour le moment. Rien de concret, donc. De plus, la personne rencontrée, Cameron Charlebois, ne travaille plus à la SIC. Les autres membres de la Société manifestent-ils autant d’intérêt pour le concept?

– La transformation de l’autoroute Bonaventure en boulevards urbains et l’apparition d’un tramway dans le secteur assureront-ils une circulation fluide, autant pour les automobilistes que pour les cyclistes et piétons? En d’autres mots, la disparition de Bonaventure pourra-t-elle être réellement absorbée avec ces nouvelles idées? Aucune simulation de circulation n’a été effectuée jusqu’à maintenant.

– Parlant de circulation, quel type de qualité de vie sera-t-on en mesure d’offrir aux résidants qui logeront dans les futurs édifices construits en bordure des boulevards urbains ? Considérant l’importante quantité de voitures qui transiteront par le quartier, il faudrait réfléchir davantage à la pollution sonore et la réduction de la qualité de l’air dans le secteur. Peut-être un boulevard urbain souterrain à l’ouest du site ?

Somme toute, une belle initiative qui mérite d’être réfléchie, mais surtout raffinée.

Capture d’écran 2013-06-11 à 14.18.45.