Pont_Champlain_-_2010-10

.

Suite à la conférence de presse du ministre Denis Lebel annonçant la collaboration de Transports Canada avec la Ville de Montréal pour intégrer un design de qualité au futur pont Champlain, Mission Design et ses membres ont émis le communiqué ci-dessous. Pour eux, la tenue d’un concours international d’architecture et d’ingénierie, ainsi que la transparence de la démarche, sont des conditions de succès primordiales dans ce projet.

Rappelons que Mission Design rassemble l’Association des architectes paysagistes du Québec (AAPQ), l’Association des designers industriels du Québec (ADIQ), l’Association professionnelle des designers d’intérieur du Québec (APDIQ), l’Ordre des architectes du Québec (OAQ), l’Ordre des urbanistes du Québec (OUQ), la Société des designers graphiques du Québec (SDGQ), la Faculté de l’aménagement de l’Université de Montréal, le Quartier international de Montréal (QIM) et Tourisme Montréal.

***************

Montréal, le 14 mai 2013 –  Alors que Transports Canada vient d’annoncer sa collaboration avec la Ville de Montréal pour définir le meilleur moyen d’intégrer le design au futur pont Champlain, Mission Design et ses membres – dont les principaux ordres et associations des professionnels du design, de l’architecture et de l’urbanisme  –  prennent acte de la position de l’honorable Denis Lebel et émettent leurs recommandations pour que le futur pont sur le St-Laurent soit un véritable ouvrage d’art, inspirant et marquant pour la région de Montréal.

Trois conditions de succès doivent être réunies:

– Un concept choisi dans le cadre d’un concours international d’architecture et d’ingénierie : un concours bien programmé permet la création d’infrastructures innovantes, répondant aux contraintes et aux besoins, notamment en termes de budget et d’échéancier. Le concours international avec jury est le seul moyen de garantir la créativité maximale et un urbanisme de qualité, dans un cadre définit et transparent.

– Un processus transparent et un suivi de la qualité : la dimension architecturale du projet du futur pont doit être suivie par un comité indépendant et représentatif de l’ensemble des acteurs concernés, qui pourrait notamment travailler sur la formule du concours international avec Transports Canada. L’ensemble du programme doit être rendu public afin d’assurer la transparence et l’adhésion de la population. Nous soutiendrons tout processus si nous bénéficions d’un droit de regard sur son contenu.

– Sortir la conception du PPP : si la formule de Partenariat Public-Privé (PPP) privilégiée par Transports Canada peut avoir une certaine valeur dans le cadre de grands projets publics, elle ne doit pas s’appliquer à la conception du pont, mais se limiter à la construction, à l’opération, à l’entretien et au réinvestissement, sur la base d’un concept (design / architecture), que le partenaire privé devra réaliser sous l’autorité du concepteur.

Un mémoire complet illustrant ces points sera déposé dans les prochains jours à Transports Canada au nom du Regroupement pour la qualité architecturale du futur pont Champlain. Le Regroupement suivra de près les évolutions du dossier pour s’assurer que l’ensemble de ces conditions sera réuni dans la démarche globale.


longshot-642x305

Le comité exécutif de coalition de la Ville de Montréal exigera du gouvernement fédéral un concours international d’architecture pour le design du nouveau pont Champlain.

« Il n’est pas trop tard pour lancer un tel concours en amont des travaux du futur pont Champlain. Le mot d’ordre : réaliser un ouvrage d’art d’exception qui soit à la hauteur des engagements du fédéral et la signature du Montréal du 21e siècle ! », a précisé hier Louise Harel à la sortie du conseil municipal.

Que peut gagner Montréal avec un tel concours? Mon entrevue avec André Bourassa, président de l’Ordre des architectes du Québec (réalisée dans le cadre de l’émission matinale de CIBL, Les Oranges Pressées):

.

Tel que mentionné cette semaine dans ma chronique du Journal Métro, notre mythique Quartier chinois de Montréal n’est malheureusement plus l’ombre de lui-même. Trous dans la chaussée, immeubles vétustes, itinérance croissante, éclairage inadéquat du domaine public… Les problèmes se multiplient sans cesse ces dernières années. L’absence d’une réelle stratégie économique pour relancer ce grand atout culturel de notre métropole se fait de plus en plus ressentir.

P1060192

Crédits Marc-André Carignan - Rue de la Gauchetière

P1060195

Personnellement, je partage à 100% la position de Jean Marc Venne, l’un des intervenants cités dans ma chronique. Le carcan folklorique du Quartier est dépassé. Il gagnerait à évoluer, sans pour autant renier son patrimoine culturel et son architecture.

Posons-nous la question suivante: qui va au Quartier chinois et pourquoi?

Qui? Le touriste et une infime partie des Montréalais.

Pourquoi? Son patrimoine (bien que limité) et sa gastronomie.

Pour le reste, nous avons très peu de raisons de s’y déplacer au quotidien. Il n’y a pratiquement pas de terrasses pour inciter les « happy hour », de places publiques animées pour les familles et de cafés pour étudier. La santé économique du secteur peut reposer en partie sur son cachet historique et touristique, certes, mais il ne faudrait pas négliger les Montréalais pour autant.

Pourquoi ne pas s’inspirer davantage du modèle économique du Vieux-Montréal? Étrangers et locaux se sentent les bienvenus à l’année, autant pour la programmation culturelle du site que son nightlife. On y retrouve un meilleur équilibre entre l’offre touristique, commerciale et résidentielle. Certains diront que le Vieux-Montréal aurait également besoin d’un petit lifting. Ce n’est pas faux. Mais il serait difficile de nier que leur modèle économique fonctionne actuellement drôlement mieux que celui du Quartier chinois.

Et pour ce qui est de la dimension architecturale, le secteur pourrait effectivement refléter davantage la Chine d’aujourd’hui avec ses valeurs et sa modernité. Pour mieux comprendre cette idée, voici quelques photos du quartier Houhai à Pékin. Certains aspects de ce site ultra-touristique pourraient facilement se transposer à Montréal, notamment son offre commerciale.

P1030676

P1030717

P1030690

P1030745

P1030751

.