Metro-Montreal-subway-620x250

.

« Il fait chaud dans le métro ».

On se rappellera longtemps de cette vidéo parodiant la première campagne de pub du métro de Montréal. Une vidéo qui avait été mise en ligne en 2010 alors que Projet Montréal critiquait la décision de la STM de rejeter l’idée de climatiser ses futures voitures de métro Azur.

Et c’est vrai qu’il fait parfois très chaud dans nos souterrains, particulièrement en hiver avec nos gros manteaux. La température peut parfois atteindre 32°C dans certaines stations, selon des tests effectués par l’Agence QMI en 2012.

Cette chaleur est évidemment produite par les voitures de métro elles-mêmes, mais également par l’éclairage du réseau, les usagers du service, les systèmes mécaniques… Bref, les sources sont nombreuses.

Mais non seulement cette chaleur est désagréable pour l’usager, elle n’est également aucunement récupérée pour un usage alternatif, comme chauffer des bâtiments.

Une idée farfelue ? C’est pourtant ce que le plus vieux métro du monde, celui de Londres, tentera de faire sous peu avec la mise en place d’un projet-pilote très inspirant.

Le concept est simple: rediriger la chaleur dégagée par les systèmes électriques du London Underground vers le réseau d’une petite entreprise locale de production d’énergie baptisée Bunhill Energy Center. Cette dernière alimente déjà près de 700 domiciles grâce à son réseau de chauffage plutôt novateur, comme vous pouvez le constater ici :

.

.

La subvention entourant ce projet-pilote permettra au Bunhill Energy Center d’élargir son réseau afin d’aller rejoindre 500 nouveaux clients d’ici les prochaines années.

De leur côté, les autorités municipales vantent cette nouvelle stratégie comme étant une solution concrète pour aider les familles à réduire significativement leur facture de chauffage.

Pas fou comme idée. Réaliste pour Montréal? Pourquoi pas avec les nombreux bâtiments longeant nos 4 lignes de métro!?

.

Pour plus de détails:

http://www.london.gov.uk/media/mayor-press-releases/2013/11/waste-heat-from-the-tube-will-help-to-warm-hundreds-of-homes

Un récent article du journal 24h met en lumière une problématique de taille pour la Société de Transport de Montréal : que faire de nos vieilles voitures de métro qui seront progressivement remplacées dans nos souterrains dès l’an prochain?

Les vendre? C’est ce que tente de faire actuellement la STM… sans trop de succès apparemment. Les coûts pour déplacer une rame (trois wagons) d’une ville à l’autre sont faramineux, ce qui décourage de potentiels acheteurs.

S’en débarrasser en monnayant la ferraille au plus offrant? Peut-être. Mais est-ce réellement la meilleure solution?

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, j’ai un certain attachement pour ces vieilles voitures bleu poudre. Après tout, elles représentent beaucoup plus pour notre ville qu’un simple moyen de transport. C’est un symbole qui nous rappelle collectivement l’entrée de Montréal dans l’ère de la modernité, tout comme le Stade Olympique, les pavillons d’Expo ’67 et la Place Ville-Marie. Il s’agit d’un chantier majeur du maire Jean Drapeau qui a façonné l’image de la ville et qui a indéniablement contribué à notre rayonnement international.

Et entre vous et moi, que serait Montréal sans son métro aujourd’hui?

J’ai donc lancé un appel sur les médias sociaux en début de journée pour vous demander votre avis sur le sujet. Voici quelques unes de vos réponses :

.

Capture d’écran 2013-11-13 à 16.05.55

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.52.23

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.48.47

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.49.20

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.49.20 copie

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.51.35

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.48.15

Capture d’écran 2013-11-13 à 14.52.34

Capture d’écran 2013-11-14 à 10.36.16.

J’ai également fait quelques recherches sur le web pour tenter de dénicher des solutions à l’échelle internationale…

À Londres, d’anciennes voitures de métro ont été converties en studios pour des artistes locaux.

subway-2

. village-underground-carriage

 .

Ou encore, en petit restaurant dans le quartier de Deptford:

.

cafe-from-street

deptford-window

.

À Portland, on a décidé d’en faire du micro-logement:

.

Portland

 .

En Chine, des voitures de métro ont été utilisées en période de crise dans une région dévastée par un tremblement de terre:

.

Chine

.

Des solutions intéressantes, certes, mais un problème persiste: les voitures de Montréal ont été conçues à l’époque pour être utilisées uniquement en tunnel, à l’abri des intempéries. Leur composition ferait en sorte qu’elles se dégraderaient très rapidement dans un environnement extérieur.

Bref, un dossier à suivre puisque que la STM a récemment mis sur pied un comité chargé de leur trouver une seconde vie.

.

.

Vous souhaitez cuisiner votre recette préférée, mais vous n’avez pas le temps de faire un détour à l’épicerie en sortant du bureau ? Pas de problème. Faites vos emplettes en voyageant en transport en commun !

C’est ce que propose le métro de Séoul, en Corée du Sud, pour simplifier le quotidien des utilisateurs du transport collectif. Au lieu de simplement patienter pour son prochain arrêt, il est possible d’acheter de la nourriture directement à bord de quelques voitures de métro, converties en épiceries ambulantes. On y retrouve divers produits, dont de la viande fraîche :

.

Seoul-metro-grocery-store

.

L’offre alimentaire reste évidemment limitée, mais l’initiative dépanne assurément les gens pressés.

Génial, non !?

Imaginez une telle initiative dans nos souterrains montréalais, où vous pourriez vous procurer du pain frais via une petite boulangerie aménagée à l’intérieur de nos voitures de métro. L’offre n’entrerait pas directement en compétition avec les dépanneurs déjà présents dans les stations de la STM et rendrait certainement service aux Montréalais.

Une idée pratique, relativement simple à mettre en place, et qui offre un avantage supplémentaire à l’utilisation du transport en commun.