.

Héritage Montréal a publié hier sa liste annuelle des 10 sites emblématiques de notre patrimoine architectural les plus menacés dans la métropole.

Voici ces bâtiments qui requièrent une intervention urgente de la part des autorités, selon l’organisme.

Le square Viger est l’un des plus anciens squares publics de Montréal, aménagé à partir d’espaces de marché remontant aux années 1810. L’Agora, conçu en 1976 et inauguré en 1981, est un espace public réalisé par l’artiste Charles Daudelin.
Le square Viger est l’un des plus anciens squares publics de Montréal, aménagé à partir d’espaces de marché remontant aux années 1810. L’Agora, conçu en 1976 et inauguré en 1981, est un espace public réalisé par l’artiste Charles Daudelin.
La Caserne Létourneux se démarque par son architecture originale et unique à Montréal.
La Caserne Létourneux se démarque par son architecture originale et unique à Montréal.
Premier grand projet résidentiel moderne pour cette ville au passé agricole, la Coopérative de Saint-Léonard a été créée afin d’offrir une maison aux familles à revenus faibles et modestes.
Premier grand projet résidentiel moderne pour cette ville au passé agricole, la Coopérative de Saint-Léonard a été créée afin d’offrir une maison aux familles à revenus faibles et modestes.
Construit en 1875, l’édifice Rodier est l’un des derniers témoins de l’importance entrée du centre-ville que constituait jadis le square Chaboillez, face à l’ancienne gare Bonaventure, occupé aujourd’hui par les accès souterrains de l’autoroute Ville-Marie et le Planétarium.
Construit en 1875, l’édifice Rodier est l’un des derniers témoins de l’importance entrée du centre-ville que constituait jadis le square Chaboillez, face à l’ancienne gare Bonaventure, occupé aujourd’hui par les accès souterrains de l’autoroute Ville-Marie et le Planétarium.
Fondée à la fin du 19e siècle, la forge Cadieux témoigne avec éloquence de ces nombreux lieux de fabrication artisanale de petites échelles qui ont été si importants pour l’économie locale.
Fondée à la fin du 19e siècle, la forge Cadieux témoigne avec éloquence de ces nombreux lieux de fabrication artisanale de petites échelles qui ont été si importants pour l’économie locale.
L’Institut des sœurs de Miséricorde rappelle l’incontournable présence des communautés religieuses dans la vie montréalaise au 19e siècle.
L’Institut des sœurs de Miséricorde rappelle l’incontournable présence des communautés religieuses dans la vie montréalaise au 19e siècle.
Le boulevard Saint-Laurent, aussi surnommé la « Main », est un des éléments fondamentaux du patrimoine montréalais. La majorité des bâtiments de l’îlot entre les rues Sainte-Catherine et René-Lévesque remontent à la fin du 19e siècle alors que le boulevard fut élargi, amenant la construction de nombreux édifices dérivant de l’esprit néo-Roman ou néo-Renaissance.
Le boulevard Saint-Laurent, aussi surnommé la « Main », est un des éléments fondamentaux du patrimoine montréalais. La majorité des bâtiments de l’îlot entre les rues Sainte-Catherine et René-Lévesque remontent à la fin du 19e siècle alors que le boulevard fut élargi, amenant la construction de nombreux édifices dérivant de l’esprit néo-Roman ou néo-Renaissance.
La maison Redpath est une des rares maisons d’architecture Queen Anne encore présente à Montréal. Elle se démarque par ses jeux de briques rouges, ses ardoises, ses multiples pignons et sa haute cheminée.
La maison Redpath est une des rares maisons d’architecture Queen Anne encore présente à Montréal. Elle se démarque par ses jeux de briques rouges, ses ardoises, ses multiples pignons et sa haute cheminée.
Situé dans l’arrondissement Hochelaga-Maisonneuve, l’église Très-Saint-Nom-De-Jésus a été construite au début du 20ième siècle.
Situé dans l’arrondissement Hochelaga-Maisonneuve, l’église Très-Saint-Nom-De-Jésus a été construite au début du 20ième siècle.
La Place des Nations a été réalisée dans le cadre du grand projet d’aménagement de Terre des Hommes pour l’Exposition universelle de 1967.
La Place des Nations a été réalisée dans le cadre du grand projet d’aménagement de Terre des Hommes pour l’Exposition universelle de 1967.

 

L’industrialisation nord-américaine du 19e siècle a carrément fait basculer certaines villes à dominance agricole et artisanale vers des sociétés fortement concentrées sur des économies capitalistes à tangente commerciale et industrielle.

Ces transformations urbaines ont été accompagnées  d’un boom immobilier sans précédent afin d’accueillir des milliers de travailleurs dans les usines qui se construisaient les unes après les autres.

Un siècle et demi plus tard, les réalités économiques sur l’ensemble de la planète ont bien évolué. Avec la mondialisation, le déplacement de la main d’œuvre et la désuétude de certaines industries, plusieurs quartiers industriels nord-américains et européens ne fourmillent plus et sont parfois devenus carrément fantômes. Un dilemme urbain s’impose donc : doit-on les raser pour faire place à de nouvelles constructions ou doit-on conserver ce patrimoine architectural en revitalisant le secteur?

Montréal ne fait pas exception à la règle

Dès 1850, Montréal se présentait comme le berceau de la révolution industrielle au Canada avec une population de près de 100 000 habitants. Le Centre-Sud en était le cœur industriel, spécialement grâce à sa proximité du port de Montréal qui était une plaque tournante pour le transport de marchandises en Amérique du Nord. D’autres quartiers se sont également largement popularisés, comme Griffintown, qui profita notamment du développement de l’industrie de la bière avec les brasseries « Dow » et « Williams ».

Mais après des décennies de succès économiques, l’activité industrielle du secteur ralentit rapidement vers 1964, alors que le développement de la banlieue est en pleine effervescence et qu’un réseau routier de plus en plus imposant fait son apparition sur l’ensemble de l’île de Montréal. L’émergence de l’autoroute Bonaventure, ceinturant Griffintown, est ainsi venu porter le coup de grâce au quartier. Résultat : la ville s’est retrouvée avec un secteur en pleine dégénérescence.

Cependant, en franchissant le cap des années 2000, une multitude de propositions de revitalisation voient le jour dans le Sud-Ouest, provenant surtout de promoteurs immobiliers qui ont imposé leur vision de redéveloppement à l’administration municipale. Cette vision passe surtout par la construction de nouvelles unités résidentielles et par l’embourgeoisement de Griffintown, ce qui a suscité de vives réactions chez certains organismes liés à la vie communautaire du quartier. Sans oublier que le plan d’urbanisme proposé par la Ville de Montréal a su attirer les foudres de plusieurs architectes et historiens montréalais qui souhaiteraient un quartier plus convivial, plus vert et en harmonie avec le patrimoine architectural du secteur constamment menacé de disparation.

La New City Gas

Un des exemples les plus marquants de sauvegarde du patrimoine à Griffintown est celui de la New City Gas, une ancienne usine à gaz datant du 19e siècle, récemment convertie  en un lieu de conférences et manifestations culturelles. À l’époque, l’usine carburait au charbon qui, une fois chauffé et distillé, permettait de produire un gaz utilisé pour l’éclairage public.

« Le complexe de la New City Gas Company of Montreal a été bâti en plusieurs phases par une diversité d’ingénieurs, d’entrepreneurs et d’architectes. […]C’est un des témoins majeurs de cette révolution et, du fait de la généalogie complexe des compagnies de gaz devenues compagnies d’électricité, le lieu ancestral d’Hydro Québec.1»

Mais malgré sa valeur historique dans le paysage montréalais, la New City Gas est constamment menacée par le pic des démolisseurs, notamment pour le projet de conversion de l’autoroute Bonaventure en boulevard urbain. Pourtant, en allant simplement se balader dans cette nouvelle mouture de l’ex-usine, une audacieuse fusion d’architecture industrielle accompagnée d’une brillante touche contemporaine, on saisit rapidement l’absurdité de détruire un tel édifice.

Notre passé doit nous hanter

N’oublions pas que l’architecture est un témoin privilégié de notre passé et que la sauvegarde de notre patrimoine bâti possède une valeur sociétale beaucoup plus considérable que les impôts fonciers générés par l’apparition de nouvelles tours à condos sans saveur. Notre culture architecturale doit évoluer, notamment dans l’esprit de nos politiciens et promoteurs immobiliers pour éviter d’autres pertes regrettables. Plusieurs villes comme Toronto, Vancouver ou encore Pékin ont récemment saisi des opportunités en or  de redévelopper ces ex-quartiers industriels en les convertissant en de nouveaux lieux touristiques très prisés. Pourquoi pas à Montréal?

.

.

1 Références : www.heritagemontreal.org/fr/new-city-gas