commuter-bike
.
L’union fait la force. C’est ce que tentera de démontrer la nouvelle Coalition Vélo Montréal qui propose d’unir les voix de divers organismes faisant la promotion du cyclisme dans la métropole.
.
Cette nouvelle entité entamera d’ici quelques semaines des discussions avec divers groupes pour déterminer les priorités à mettre de l’avant auprès de la Ville de Montréal pour améliorer l’expérience du cycliste sur l’ensemble de l’île.
.
Mon entrevue avec Cam Novak, représentant de la coalition, réalisée à l’émission matinale de CIBL Les Oranges Pressées :

dt_dawn

L’une des plus grandes sociétés d’investissement et de gestion de biens immobiliers commerciaux en Amérique du Nord, Cadillac Fairview, prévoit investir 2 milliards de dollars au centre-ville de Montréal au cours des 15 prochaines années.

Les développeurs comptent réaménager les terrains autour du Centre Bell en y construisant des tours à bureaux et à condos, incluant la Tour des Canadiens qui deviendra la plus haute tour résidentielle sur l’île.

Pour plus de détails, voici un reportage de Radio-Canada sur le sujet:

Le visage du centre-ville de Montréal selon Cadillac Fairview 

 

Voici une brève vidéo vulgarisant brillamment les enjeux urbanistiques cruciaux auxquels les municipalités du Grand Montréal devront s’attaquer au cours des prochaines années.

Le plan qui y est présenté, baptisé le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (alias PMAD), a pour but d’assurer un développement plus durable de notre territoire afin de nous offrir une meilleure qualité de vie au quotidien dans nos quartiers.

De belles paroles pour le moment. Reste à voir les actions concrètes qui seront réellement mises en place par nos élus d’ici 2031.

BELLASTOCK_HD-5_Page_2

.

Déjà implanté dans une dizaine de pays, le festival d’architecture Bellastock aura finalement sa première édition en sol nord-américain en 2014, et ce, dans la grande région de Montréal.

Réunissant des architectes et des urbanistes de partout sur la planète, Bellastock se présente comme une plate-forme de partage d’idées novatrices valorisant la culture de l’expérimentation en architecture. Ses travaux s’articulent majoritairement autour d’un festival annuel, au cours duquel est construite une ville éphémère.

L’édition montréalaise se concentra sur l’exploration architecturale des structures de glace et de neige, similaires à celles retrouvées annuellement au Villages des neiges de Montréal ou à l’Hôtel de Glace de Québec. Mais contrairement à ces événements commerciaux, Bellastock.Qc sera un outil pédagogique et de recherche pour les participants, où l’on pourrait explorer la valorisation de déchets, par exemple.

.

Voici un résumé vidéo de l’édition espagnole organisée en juin dernier:

.

.

Voici également quelques photos de diverses éditions à l’échelle internationale: 

.

.

.

Tel que mentionné cette semaine dans ma chronique du Journal Métro, notre mythique Quartier chinois de Montréal n’est malheureusement plus l’ombre de lui-même. Trous dans la chaussée, immeubles vétustes, itinérance croissante, éclairage inadéquat du domaine public… Les problèmes se multiplient sans cesse ces dernières années. L’absence d’une réelle stratégie économique pour relancer ce grand atout culturel de notre métropole se fait de plus en plus ressentir.

P1060192

Crédits Marc-André Carignan - Rue de la Gauchetière

P1060195

Personnellement, je partage à 100% la position de Jean Marc Venne, l’un des intervenants cités dans ma chronique. Le carcan folklorique du Quartier est dépassé. Il gagnerait à évoluer, sans pour autant renier son patrimoine culturel et son architecture.

Posons-nous la question suivante: qui va au Quartier chinois et pourquoi?

Qui? Le touriste et une infime partie des Montréalais.

Pourquoi? Son patrimoine (bien que limité) et sa gastronomie.

Pour le reste, nous avons très peu de raisons de s’y déplacer au quotidien. Il n’y a pratiquement pas de terrasses pour inciter les « happy hour », de places publiques animées pour les familles et de cafés pour étudier. La santé économique du secteur peut reposer en partie sur son cachet historique et touristique, certes, mais il ne faudrait pas négliger les Montréalais pour autant.

Pourquoi ne pas s’inspirer davantage du modèle économique du Vieux-Montréal? Étrangers et locaux se sentent les bienvenus à l’année, autant pour la programmation culturelle du site que son nightlife. On y retrouve un meilleur équilibre entre l’offre touristique, commerciale et résidentielle. Certains diront que le Vieux-Montréal aurait également besoin d’un petit lifting. Ce n’est pas faux. Mais il serait difficile de nier que leur modèle économique fonctionne actuellement drôlement mieux que celui du Quartier chinois.

Et pour ce qui est de la dimension architecturale, le secteur pourrait effectivement refléter davantage la Chine d’aujourd’hui avec ses valeurs et sa modernité. Pour mieux comprendre cette idée, voici quelques photos du quartier Houhai à Pékin. Certains aspects de ce site ultra-touristique pourraient facilement se transposer à Montréal, notamment son offre commerciale.

P1030676

P1030717

P1030690

P1030745

P1030751

.

.

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a dévoilé aujourd’hui Entrée maritime, un vaste projet de redéveloppement urbain qui permettrait aux Montréalais de reconnecter avec leur fleuve Saint-Laurent.

Situé à l’est du pont Jacques-Cartier, ce nouveau développement propose l’implantation de 5 600 logements destinés notamment aux jeunes familles pour contrer leur exode vers les banlieues. Le quartier s’articulerait également autour de larges espaces verts, de places publiques et d’un boardwalk de 4 km de long qui relierait le Vieux-Port de Montréal au quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Côté mobilité, le secteur serait traversé par une ligne de tramway comportant rien de moins qu’une quinzaine de stations. Cette ligne relierait le secteur de Pointe-aux-Trembles au centre-ville. De plus, Projet Montréal dit s’inspirer de Singapour et de Rio de Janeiro en proposant l’adoption d’un téléphérique reliant la Rive-Sud à la métropole. Estimé à 25M$, ce dernier permettrait de faire traverser plus de 3000 passagers par direction par heure, soit l’équivalent de la capacité d’une voie d’autoroute.

Entrée maritime est évalué à 6,5 G$ et serait réalisable en 20 ans selon Richard Bergeron.

.

COMPLÉMENT | Pour consulter le plan complet, cliquez ici.

.

Et si on troquait des panneaux publicitaires aux abords de l’autoroute métropolitaine à Montréal au profit de jardins aériens? L’idée vous semble saugrenue? Et bien c’est pourtant ce que tente de réaliser un groupe d’architectes et d’ingénieurs de la région de Los Angeles.

Leur concept, appelé le Urban Air project, consiste à transformer des supports publicitaires du LA’s 10 Freeway en jardins suspendus de bambou. Leur but? Promouvoir artistiquement un avenir plus vert pour Los Angeles, ville réputée pour sa culture automobile.

Sur papier, l’idée s’avère relativement simple; sur le terrain par contre, sa réalisation se complexifie nettement. Non seulement ce projet doit fournir un milieu fertile pour assurer la viabilité des pousses, mais les concepteurs doivent également réfléchir à l’irrigation de ces jardins aériens. C’est pourquoi des ingénieurs en structure, des urbanistes, des fabricants de supports publicitaires et des horticulteurs ont été récemment recrutés pour la fabrication d’un premier prototype.

Selon l’échéancier actuel, la première installation devrait voir le jour en 2013 et sera financée par le public via une levée de fonds virtuelle. Et si l’idée suscite suffisamment d’intérêt auprès de la population de Los Angeles, les créateurs souhaitent commercialiser à l’échelle internationale un modèle « clé en main » de leur prototype.

Bonne ou mauvaise idée? Le débat est ouvert.

VIDEO | Voici une vidéo qui résume le Urban Air project, cliquez ici

Depuis plus de 40 ans, l’architecte et urbaniste Jan Gehl tente de faire valoir auprès des élus et des designers urbains de la planète les bienfaits de la conception de villes durables. Des villes à échelle humaine où la voiture n’est plus la seule et unique reine et où le citoyen peut se réapproprier l’espace public en tout temps pour ses activités quotidiennes.

Son livre Cities for people (lancé en version française cette semaine sous le nom Pour des villes à échelle humaine) démontre à quel point il devient urgent de repenser nos pratiques urbanistiques. Selon Jan Gehl, les élus, les architectes et les urbanistes doivent indéniablement se retourner vers des projets à plus petite échelle, avec des hauteurs raisonnables, des rues attrayantes et des places publiques davantage conviviales.

Pour des villes à échelle humaine est à mon avis l’un des ouvrages les plus pertinents et inspirants publiés ces dernières années dans le domaine. Un guide indispensable pour nos décideurs québécois.

*************************

En parallèle à ce livre, j’ai récemment eu la chance d’interviewer Jean-Paul L’Allier, ex-maire de Québec et président de Mission Design, auteur de la préface de ce livre de Jan Gehl.

Je lui ai donc posé la question suivante : « Montréal et ses banlieues courent-elles actuellement à leur perte selon la vision de Jan Gehl »? Voici sa réponse:

https://marcandrecarignan.files.wordpress.com/2012/10/entrevue-jean-paul-lallier.mp3

.