Lumière sur la vasque olympique

2 commentaires
C1_Design industriel

Difficile de ne pas se laisser inspirer cette semaine par le sujet de l’heure, les olympiades de Londres. Alors que les yeux de 204 nations sont tournés vers les compétitions sportives, les miens ne peuvent s’empêcher d’admirer la vasque olympique qui a pris vie vendredi dernier lors de la cérémonie d’ouverture. C’est plus fort que moi, parce que très sincèrement, je ne me rappelle pas d’avoir été tant épaté ces dernières années par un design aussi élégant et novateur pour ce symbole olympique par excellence.

Le génie qui se cache derrière cette plus récente mouture du flambeau géant est Thomas Heatherwick. S’étant démarqué au Royaume-Unis ces dernières années avec notamment le B of the Bang et le East Beach Café, le designer anglais de 42 ans a débuté la conception de la vasque londonienne deux ans plus tôt, soit en 2010, dans un endroit gardé secret. Seulement 5 personnes connaissaient réellement les détails du projet, car le comité organisateur de Londres tenait absolument à éviter les fuites pour créer une grande surprise au monde entier lors de la cérémonie d’ouverture. Le premier essai de la structure au stade n’a d’ailleurs eu lieu qu’une semaine avant les Jeux, durant la nuit, à l’abri des regards indiscrets.

Thomas Heatherwick

Dès les premiers balbutiements conceptuels, Thomas Heatherwick souhaitait se distancer de ses prédécesseurs: «  Nous étions conscients que les vasques s’élargissaient et grandissaient sans cesse à chaque olympiade, mais nous n’avons pas senti le besoin de surpasser ces derniers modèles ». Une décision judicieuse, à mon humble avis, pour éviter de tomber dans le piège de la démesure. Le défi ne résidait donc pas dans la taille du projet, mais plutôt dans sa forme et sa  symbolique. C’est pourquoi l’équipe Heatherwick s’était fixée comme objectif de représenter métaphoriquement la beauté de cette rare union planétaire où les nations se réunissent pour aborder autres choses que des dossiers politiques.

Mais ce qui différencie indéniablement la vasque londonienne des précédentes, c’est ce choix plutôt audacieux de ne pas simplement se contenter d’un « bol » suspendu en haut d’une tour. Le designer a plutôt opté pour un design interactif à travers lequel toutes les nations ont eu la chance de participer durant la cérémonie d’ouverture. En effet, lors de leur entrée dans le stade, chaque équipe sportive transportait une élégante pièce de cuivre, un « pétale de fleur », qui a été fixé à la structure principale de la vasque avant son ignition. Une fois tous installés, les pétales se sont enflammés et élevés verticalement, faisant apparaître sous nos yeux la fameuse flamme olympique qui brûlera durant les 2 semaines de l’événement.

Qu’adviendra-t-il de la structure à la fin des Olympiques? Et bien contrairement à plusieurs vasques du passé toujours campées devant leur stade respectif, cette « fleur métallique » sera quant à elle démontée laissant à chaque nation le plaisir de repartir avec son propre pétale cuivré en souvenir de Londres.

.

À VOIR ÉGALEMENT | Voici quelques vasques olympiques des dernières décennies, à débuter par celle de Montréal en 1976:

.

Publicités

2 thoughts on “Lumière sur la vasque olympique”

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s